Expatriation

#Rencontre avec … Hélène, expatriée à Mumbai

 Au café The Pantry, situé dans le charmant quartier de Kala Ghoda au coeur de Mumbai, j’ai la chance d’avoir rencontré Hélène, qui habite depuis 7 ans à Mumbai. Une charmante femme de 38 ans, l’âme voyageuse, ouverte d’esprit et souriante me livre son quotidien indien.

Helene.JPG

Une première question me brûle les lèvres: pourquoi avoir choisi de vivre en Inde?! Elle me raconte que cela s’est fait un peu par hasard. Après avoir vécu 5 ans en Angleterre puis 5 ans à Istanbul, ses valises ont atterri à Mumbai, où elle enseigne désormais le français et les langues étrangères au sein d’une école privée. Elle est d’abord tombée amoureuse du tumulte asiatique : le bruit, le bazar des rues, le fait que tout soit possible, la sérénité asiatique et le fait que tout cela soit improbable l’ont finalement fait tomber amoureuse de Mumbai. Il lui est d’ailleurs arrivé de voir un éléphant devant sa porte, en pleine ville !!

Hélène m’explique d’ailleurs que Mumbai est la ville la plus agréable à vivre en Inde : grandes artères aérées, en bord de mer, mais surtout de par la culture, très ouverte d’esprit comparé aux autres grandes villes indiennes. Ici, pas d’insécurité pour une femme seule, elle rentre souvent seule en taxi ou allait dans des bars tard le soir. Elle avoue qu’il lui est souvent arrivée de se prendre des mains aux fesses dans les transports en communs bondés, mais c’est là la seule « menace » qu’elle ait ressentie en 7 ans. C’est peu agréable certes mais cela reste le seul côté négatif dans un pays où les droits des femmes est encore souvent bafoué.

Prof dans une école privée, Hélène a donc un salaire correct, elle peut se permettre d’avoir un style de vie agréable, sans se priver: quand je lui pose la question de la qualité de vie à Mumbai, elle me dit sans hésiter qu’elle est bien supérieure qu’en France! Ici, on s’offre d’autres plaisirs comme un super brunch le Dimanche, un spa tous les mois, de bons restos, une femme de ménage, et même un chauffeur! Certes, nous avons beaucoup d’avantages en France mais l’expatriation offre en général des plaisirs souvent inaccessibles en France. Une femme de ménage, un chauffeur, la livraison à domicile sont autant de choses communes en France que prendre le métro pour aller travailler à Paris.

Alors, où vivre à Mumbai? Me demande-je, car c’est une ville immense, et j’imagine qu’il y a des quartiers à éviter. Hélène m’explique un peu la géographie de la ville : la plupart des expatriés vivent à Bandra, un quartier assez au Nord du Mumbai, pas loin du slum de Dharavi. Elle vit à Sion car c’est là où se trouve son logement de fonction (elle travaille pour un grand groupe indien), un quartier où vivent peu d’étrangers, où il n’y a rien de spécial mais où la vie locale bat son plein, et qui est agréable. Le quartier touristique lui, se trouve à Colaba, sur la pointe sud de la ville, près de Gateway of India.

Mumbai est une des villes les plus chères d’Inde en termes de loyer, information que me confirmeront beaucoup d’indiens pendant mon voyage à Mumbai. Il faut compter à peu près 300 euros par moins pour un logement simple (presque autant qu’à Bangkok!).

Et quel est son quotidien ? J’ai demandé à Hélène si elle avait appris l’Hindi : elle me répond que non, car en effet la plupart des Indiens parlent très bien anglais et le parlent même entre eux, car l’Inde comporte tellement de dialectes qu’ils sont obligés d’adopter l’anglais comme langue commune. C’est donc assez facile de discuter avec des locaux et de ses faire des amis, même si Hélène m’avoue qu’elle sent quand même une certaine distance culturelle avec les gens qu’elle rencontre. Les amis proches qu’elle a sont des personnes qui ont eu l’opportunité d’aller à l’étranger et qui sont des classes sociales indiennes « supérieures ».

Et sur le long terme, qu’est-ce que ça donne? Au fil de la conversation, Hélène m’apprend qu’elle est enceinte de 6 mois, ce qui me fait me questionner! Va-t-elle accoucher ici, va-t-rester ici? La réponse est oui, l’accouchement sera à Mumbai, où les hôpitaux sont d’excellente qualité! Néanmoins, Hélène et son compagnon sont à la recherche d’un lieu de vie peut-être moins pollué, plus verdoyant, ou un peu plus près de l’Europe pour y élever leur nouveau-né. Bangkok est apparemment aussi une option pour Hélène et son compagnon : l’idée est je pense surtout d’avoir une meilleure « sécurité » de vie, un accès à des hôpitaux de qualité (même si c’est déjà le cas à Mumbai, Hélène n’a aucune hésitation quant au fait d’accoucher à Mumbai), un enseignement et une qualité de vie meilleures sur le long terme.

Conclusion? C’est là aussi mon impression ; Bombay semble assez agréable et bien loin des clichés que l’on peut avoir sur l’Inde. Les locaux y sont accueillants, la vie agréable et les infrastructures modernes pour y vivre décemment. Hélène m’a donné une super image de la vie locale, image que je n’aurais pas eu sans avoir rencontré une française vivant ici depuis plusieurs années.

Je lui souhaite en tous cas bonne continuation dans ses projets !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s